La vocation du Prophète selon la Sîra

 

Ibn Hishâm, Sîrat an-nabî ("Biographie théologique du Prophète"), 4 vol., Beyrouth, s.d., I, p. 254-257.

 

Ibn Ishâq dit: Wahb b. Kaysân rapporte d'après 'Ubayd:

          L'Envoyé de Dieu passait ce mois en retraite et à nourrir les pauvres qui venaient à lui. Quand le mois était achevé, il accomplissait la circumambulation autour de la Ka'ba sept fois, ou autant de fois que Dieu l'ordonnait; ce n'est qu'ensuite qu'il se rendait à la maison. Alors que l'année de son apostolat était arrivé, il alla comme d'habitude avec sa famille durant le mois de Ramadân à Hirâ'. Dans la nuit où Dieu par miséricorde envers son serviteur l'honora de son message, Gabriel lui apporta l'ordre de Dieu.- Il vint à moi, raconte l'Envoyé de Dieu , alors que je dormais. Il tenait à la main un feutre brodé enveloppant un livre. - Récite ! m'ordonna-t-il. Je ne récite pas ! répondis-je . Alors il me pressa le livre sur la bouche et les narines à en étouffer, Si bien que je crus qu'il était la Mort. Puis il me relâcha et me répéta: - Récite ! - Je ne récite pas répondis-je. Alors, il me le pressa à nouveau aussi fort, si bien que je crus qu'il était la Mort. Puis il me relâcha. Il me répéta alors: Récite ! - Que dois-je réciter ? répondis-je. Il me pressa alors à nouveau le livre aussi fort, si bien que je crus qu'il était la Mort. Puis il me relâcha et me redit: - Récite !- Que dois-je réciter ? rétorquai-je. Je ne dis cela que par crainte qu'il me traite à nouveau comme il le fit auparavant. Alors il me dit:

          Récite au nom de ton Seigneur qui créa,

  Qui créa l'Homme d'une adhérence

   Récite! , ton Seigneur étant le Très Généreux

           Qui enseigna par le calame

            Et enseigna à l'Homme ce qu'il ignorait.

                   (Coran 96.1-5)

           J'ai récité, et il finit par s'éloigner de moi. Je me suis éveillé et [ces phrases] étaient comme inscrites dans mon coeur. Je sortis [de la caverne] et à peine arrivé au milieu de la montagne, j'entendis une voix venant du ciel disant: " O Mohammed, tu es l'Envoyé de Dieu et je suis Gabriel !". Je levai la tête vers le ciel et voici que Gabriel était là sous les traits d'un homme joignant les talons, à l'horizon du ciel. Il me dit: O Mohammed , tu es l' Envoyé de Dieu et je suis Gabriel !". Je m'arrêtais le regardant sans pouvoir avancer, ni reculer. Je me mis alors à me détourner de lui mon visage vers les autres points de l'horizon, mais je ne regardai nul point du ciel sans voir l'ange en la même attitude. Je demeurai ainsi debout, sans pouvoir n avancer ni reculer. Puis je me détournai de lui, mais de quelque côté que je dirigeai mes regards, je le vis toujours devant moi. Je restai ainsi debout, sans pouvoir avancer ni reculer, jusqu'à ce que Khadîdja envoya des gens pour me chercher. Ils allèrent jusqu'aux hauteurs de La Mecque, puis retournèrent de nouveau chez elle. Quant à moi je restai sur place, puis il [l'ange] partit; c'est alors que je retournai dans ma famille. Quand je vins chez Khadîdja, je me blottis et me serrai fort contre elle. Elle me demanda: Abû l-Qâsim, où étais-tu ? Par Dieu , j'ai envoyé des gens pour te chercher. Ils sont allés jusqu' [aux hauteurs de] La Mecque et en sont revenus". Quand je lui eus raconté ce que j'avais vu, elle me dit: "Réjouis-toi, mon cousin, et sois ferme ! Par Celui entre les mains duquel se trouve l'âme e de Khadîdja, j'espère que tu deviendras le Prophète de ce peuple !". Elle se leva alors, s'habilla et alla chez son cousin Waraqa b. Nawfal b. Asad b. 'Abd al-'Uzzä b.Qusä, qui s'était converti au christianisme, avait lu l'Ecriture et avait ~appris maintes choses des Gens de la Tora et de l'Evangile et lui raconta ce que l'Envoyé de Dieu avait vu et entendu . Alors Waraqa s'écria: "Saint! Saint! Par Celui entre les mains duquel se trouve l'âme de Waraqa, si tu me racontes la vérité, Khadîdja, alors le Nâmûs suprême est venu à nous, qui est aussi apparu à Moïse et il est le prophète de cette nation et dis-lui d'être ferme". Sur ce, Khadîdja retourna chez l'Envoyé de Dieu et l'informa de ce que Waraqa avait dit.

                        Quand le moment de sa retraite pieuse fut passé, que l'Envoyé de Dieu retourna chez lui et que comme d'habitude il avait tourné autour de la Ka'ba, Waraqa b. Nawfal le rencontra, alors qu'il tournait autour de la Ka'ba, et lui dit: Ô cousin, raconte-moi ce que tu as vu et entendu !" Quand l'Envoyé de Dieu le lui eut raconté, il s' écria: Par Celui entre les mains duquel se trouve mon âme, tu es le prophète de cette nation et le Nâmûs suprême, qui est apparu à Moïse, est venu à toi. On te tiendra pour un menteur, te maltraitera, te bannira et te combattra. Si je devais vivre cette époque, j'aiderais Dieu de telle manière qu'Il m'en tienne compte ". Puis il baissa la tête et l'embrassa sur le front, sur quoi l'Envoyé de Dieu rentra chez lui.   

 

Suite