La fin du Prophète

 

 

 

 Au printemps 632, le Prophète pria au cimetière de Bâqi' à La Mecque sur les tombes de ses compagnons morts au djihâd. Voici, d'après la Sîra, les paroles qu'a prononcées Mohammed:

 

Paix soit sur vous, ô peuple des tombes ! Réjouissez-vous de ne plus être où sont les vivants. ! Comme les lambeaux sombres de la nuit, les tentations approchent, les unes après les autres, la dernière pire que la prière…Les clés des trésors de ce monde m'ont été offertes, ainsi que l'ascension au Paradis après une longue vie, et j'ai été placé devant le choix de me décider dès maintenant pour cela ou pour la rencontre avec mon seigneur, et l'entrée au Paradis…Je me suis décidé de rencontrer dès à présent mon Seigneur et d'entrer au Paradis.

 

Puis il pria pour le pardon des morts, et, après avoir quitté le cimetière, sa maladie commença.

De retour à Médine, Mohammed ressentit plusieurs malaises. Dans les derniers jours de mai 632, il tomba sérieusement malade. Le vendredi 5 juin, il fut incapable de diriger la prière et en confia le soin à Abû Bakr, le père de sa femme bien-aimée Aïcha. Mohammed transmit donc en termes techniques l'imamat de la prière à Abû Bakr.

Le lundi 8 juin 632, sentant venir la mort, Mohammed confessa à la prière du matin ses fautes devant la communauté:

 

 

Je loue pour vous Dieu ! Voici qu'approche pour moi le moment où chacun devra rendre son dû à celui qui le suit. Si j'ai déchiré le dos de quelqu'un [= si j'ai nui à qui que ce soit],voici mon dos; qu'il prenne son dû. Si j'ai insulté l'honneur de quelqu'un, voici mon honneur: qu'il prenne son dû ! La haine ne fut ni de ma nature, ni de mon fait. J'aimerai celui de vous tous qui reprendra son dû, s'il en a, ou qui m'en libèrera. Alors je me trouverai en présence de Dieu, l'âme sereine



 

 

Voici les derniers instants du Prophète, selon le récit de Aïcha, tel qu'il est rapporté par la Sîra:

 

Ce jour là [c-à-d le lundi8 juin 632], le Prophète revint de la mosquée et posa sa tête sur mon giron. Alors entra un homme de la famille d'Abû Bakr. Dans sa main il portait un cure-dent vert. Et quand le regard du prophète me fit deviner qu'il le désirait, je lui demandai: -Désires-tu le cure-dent ? Il répondit par l'affirmative. Je pris le cure-dent, le mâchai pour lui et le lui donnai. Il se nettoya soigneusement les dents… et le mit de côté. Alors je remarquai comment sa tête s'appesantit sur mon ventre, et, quand je le regardai dans les yeux, je m'aperçus que son regard s'était figé. Il dit: - Oui ! le compagnon suprême (ar-rafîq al-a'là) est celui du Paradis !

 

Ce furent les derniers mots du Prophète.

 

Mohammed avait refusé par avance tout cortège funèbre. Il fut enterré sur place, comme un chef tombé au front du djihâd suprême, sous la pièce où il est mort, la chambre d'Aïcha (là où il eut l'extase du mi'radj), où il repose encore aujourd'hui, près de ses deux lieutenants Abû Bakr et 'Umar.

 Selon la Tradition, Mohammed y est bercé dans sa tombe par les anges, en attendant comme tout être humain la résurrection.

 La chambre où le Prophète est enterré s'appelle la Rawda.



 

Le Prophète est mort le lundi 8 juin 632. Il fut enterré dans la nuit du mardi au mercredi.

 

Le Prophète a été lavé avec ses habits en jetant de l'eau sur ses vêtements et en le frictionnant par-dessus.

 

Puis on l'enveloppa de trois vêtements, dont les couleurs divergent selon les sources: deux blancs et un noir, ou bien trois blancs. Pas de turban.

 

Le Prophète avait recommandé qu'après sa mort on plaçât son corps au bord de sa tombe et qu'on s'en éloignât ensuite pour laisser les anges prier sur lui. Ensuite les hommes de sa famille devaient venir prier sur lui, avant de laisser la place aux autres.

 

Selon un hadith d'Ibn Abbâs, lorsque le Prophète mourut, les hommes entrèrent et prièrent sur lui, par groupes, sans imam; ensuite les femmes entrèrent et prièrent sur lui; ensuite les enfants entrèrent et prièrent sur lui; ensuite ce fut au tour des esclaves d'entrer et de prier sur lui. Aucun imam ne dirigea leur prière.

 

Ils prièrent du lundi après-midi au mardi après-midi.

 

La tombe fut creusée à l'endroit même où il est décédé, c-à-d, la chambre d'Aïcha. On déplaça simplement sa natte pour creuser la tombe.

 

Suite