Le Sahîh de Bukhârî



L'autorité du Sahîh de Bukhârî est reconnue partout dans le monde musulman. Il comprend 7397 hadiths dont 2762 différents, car il y a des doublets. Comme on l'a vu plus haut, son ouvrage est du genre musannaf, c'est-à-dire que les matériaux sont classés par sujets, ces sujets recouvrant dans une large mesure les chapitres des ouvrages de fiqh.

Les hadiths sont classés par livres (kitâb), et les livres sont subdivisés en chapitres (bâb). Il y ainsi 97 kitâb et 3450 bâb, ce qui fait une moyenne de 36 bâb par livre et de 2.7 hadiths par bâb, ou encore une moyenne de 76 hadiths par kitàb.

Une des grandes originalités du Sahîhde Bukhârî, c'est que chaque bâb est précédé d'une tardjama . Ces tardjama sont pour ainsi dire à géométrie variable. Elles peuvent se réduire à une simple formule de quelques mots, à laquelle le ou les hadiths cités dans le bâb servent d'exemples, et qui orientent en quelque sorte l'interprétation des hadiths placés sous le titre. Ces tardjama peuvent même quelquefois se gonfler en une véritable introduction théologique, comme c'est le cas du livre II, le Kitab al-imân .

On a souvent tendance en Occident à voir dans les recueils de Sunna, comme dans les ouvrages de fiqh, des ouvrages de "droit". Or, il s'agit de bien autre chose. Tout ouvrage de fiqh s'ouvre par les'ibâdât ou obligations cultuelles et c'est seulement dans un deuxième temps que l'on passe aux mu'âmalât: les normes qui doivent présider aux rapports des hommes entre eux.

Ces normes qui, par exemple, concernent le mariage, les successions, les relations commerciales ne se comprennent pas elles-mêmes, si l'on n'a pas à l'esprit quelle est la finalité du fiqh: elle est d'ordre proprement théologique: non seulement organiser pour l'individu et la communauté la vie la plus vertueuse et la plus utile possible, mais aussi préparer les membres de la communauté àl'âkhira, leur salut futur.

Les recueils de Sunna, comme les ouvrages de fiqh qui se fondent sur eux, sont donc aussi dans un certain sens des ouvrages de théologie, dans la mesure où ils ont aussi pour objet une méditation sur la finalité des obligations cultuelles et des obligations sociales. C'est pourquoi les ouvrages de Sunna aussi sont orientés eschatologiquement

Autre objet, propre celui-ci aux recueils de Sunna: justifier, fonder, authentifier les obligations cultuelles et sociales. C'est ce qui ressort du plan du recueil de Bukhârî, qui est assez rigoureux. A y regarder de plus près, on y découvre en effet un "encadrement théologique" assez subtil. Ainsi le Sahîh de Bukhârî s'ouvre-t-il par une brève série de hadiths consacrés aux conditions de la Révélation: (bad' al-wahy); cela est assez normal, puisque c'est la Révélation qui est fondatrice et instauratrice du hudà, de la Bonne Direction donnée aux hommes, et c'est elle qui fait du Prophète un paradigme pour l'humanité croyante, et de sa vie une Sunna.

Le deuxième kitâb est consacré à la foi, qui articule les données de la Révélation à la vie concrète de tous les jours, le troisième à la science théologique ( al-'ilm ).

De même, les trois derniers kitâb sont consacrés à des questions théoriques théologiques fondamentales:

kitàb 95: (akhbâr al-âhâd , des hadiths transmis par une seule personne [et qui ne sont donc pas mutawâtir]),

kitâb 96: i'tisâm bi l-kitâb wa s-sunna ("s'en tenir au Coran et à la Sunna"),

le kitâb 97 est le couronnement de l'oeuvre: kitâb at-tawhïd ("l'unification de Dieu").

Egalement vers le milieu du Sahïh, le recueil est recentré sur des questions théologiques:

kitâb 59: bad' al-khalq ("du début de la Création"), 
kitâb 60: kitâb al-anbiya ("des Prophètes"),
kitâb 65: tafsîr al-qur'ân,(" de l'interprétation du Coran").

Après les trois kitâb introductifs, les kitâb 4 à 33 sont consacrés aux cinq piliers de l'islam cités nommément comme ensemble dès 2.1.1:

buniya l-islâmu 'alà khamsin: sahâdati an lâ ilâha illàâ Llâhu wa anna Muhammadan rasûlu Llâhu, wa iqâmi s-salâti, wa îtâ'i z-zakâti, wa l-hajji, wa sawmi Ramana ( "L'islam est fondé sur cinq piliers : témoigner qu'il n'y a point d'autre divinité que Dieu et que Muhammad est l'Envoyé de Dieu, s'acquitter de la prière, faire don de l'aumône, accomplir le pèlerinage et le jeûne du Ramadan").

C'est seulement dans un deuxième temps qu'on en vient aux mu'âmalât. les livres 34 à 58 sont consacrés aux relations commerciales et judiciaires, y compris le droit de la guerre (djihâd, djizya). A partir du kitâb 67, on entre dans la sphère des relations privées ou de la vie privée, le mariage en particulier.

k. 67: al-nikâh ("le mariage"),
k. 68: at-talâq ("la répudiation")
k. 69: an-nafaqât (" les aliments ou dépenses d'entretien pour l'épouse"),
k. 70: al-'aqîqa (" le sacrifice de la chevelure"),

puis c'est la vie quotidienne, banale:  al-libâs ("la façon de s'habiller) , al-adab (" le savoir-vivre")... 

 

Suite