Les Prophètes et le Prophète

 

" La foi dans les Envoyés, c'est confesser qu'ils ont été véridiques dans ce qu'ils ont annoncé de Dieu Très-Haut. Dieu les a secondés par les miracles attestant leur véridicité ; et qu'ils ont reçus de Dieu leur mission et qu'ils exposèrent aux gens jouissant de leur pleine responsabilité (mukallaf) ce que Dieu leur avait ordonné, qu'il fallait les honorer et ne point faire de distinction entre eux" (Profession de foi de Chams ad-dîn al-Dhahabî, m. en 1348).

 

Le pacte de la pré-éternité: l'a-lastu

Selon Coran 7.172, Dieu a, dans la pré-éternité (donc avant la création des corps) accordé un pacte aux fils d'Adam. Ceux-ci l'ont accepté. Les prophètes ou plutôt les envoyés (rusul, pl. de rasûl) n'ont fait que répéter aux hommes cet engagement primordial. ils ont eu pour charge la réactualisation du pacte primordial. Il n'y a pas de Révélation progresive. Dans l'intervalle (fatra) entre les prophètes, les homes retombent dans les ténèbres de l'ignorance. Les missions des prophètes sont des éclairs discontinus qui trouent et illuminent cette nuit, qui sont comme des fissures dans le temps.

Ce sont des élucidations progressives jusqu'à la venue de Mohammed, "sceau des Prophètes", qui, par le retour de la foi d'Abraham dans le Dieu unique, met un terme aux alternances des ténèbres et de la lumière.

L'islam  n'est donc pas pour les musulmans une religion nouvelle:

"Dis: je ne suis pas une innovation parmi les Envoyés" (46.9).

Il est le parachèvement de la religion:

Aujourd'hui, J'ai parachevé votre religion et vous ai accordé mon entier bienfait. J'agrée pour vous l'islam comme religion (Coran 5.3)


L'islam distingue les prophètes ordinaires (ar. nabî, cf. hébr. Nebî) des prophètes législateurs (rasûl).


 Les nabî sont innombrables, tandis que les rasûl sont au nombre de 5 . On les appelle aussi prophètes législateurs ou envoyés doués de constance (dhû l-'azm) :

  • Noé (h): qui reprit le pacte après le Déluge

  • Abraham (Ibrâhîm), "ami de Dieu" (khalîl Allâh), prototype de la foi dans le Dieu unique, véritable fondateur de l'islam, qui reconstruisit avec Ismaël et purifia le temple sacré de la Ka'ba de La Mecque détruit par le déluge

  • Moïse (Mûsà) , l' "interlocuteur de Dieu" (kalîm Allâh), qui traversa le désert pendant quarante jours, à qui Dieu parla dans le Buisson Ardent, et à qui Dieu remit la Torah pour les Fils d'Israël

  • Jésus fils de Marie ('Îsà ben Maryam), Verbe de Dieu, "Esprit venant de Dieu", "fortifié par l'esprit de sainteté, le seul homme qui, avec Adam , n'ait pas de père.

  • Mohammed, qui clôt le cycle de la Prophétie.

Chaque communauté a, selon le Coran, son Avertisseur (35.24). Certains auteurs ont essayé de fixer le nombre des nabî: 124.000 ou 224.000 selon Bâdjûrî.


Il y a dans l'islam une littérature spécialisée sur les prophètes. Ce sont les Qisas al-anbiyâ' ("Les histoires des prophètes").


 Dans le Coran, 23 prophètes sont cités: Adam, Abraham, Ismaël, Isaac, Noé, Loth, Jacob, Joseph, Moïse, Hénoch (Idrîs), Dhû l-Kifl, Jonas, Elie, Elisé, David, Salomon, Shu'ayb, Hûd, Sâlih, Job, Zacharie (du N.T.), Jean-Baptiste (Yah), Jésus.

Tous sont des personnages bibliques, sauf: Dhû l-Kifl, Shu'ayb, Hûd et Sâlih.


Problèmes de théologie musulmane

 

1. Qu'est-ce qui fait d'un homme un prophète ?

La Révélation (tanzîl ou wahy)

Comment l'islaù se représente-t-il la révélation ? Deux hadîth nous en parlent:

" La Révélation me vient tantôt comme le bourdonnement d'une cloche, ce qui me fatigue beaucoup, et lorsqu'elle me quitte, j'ai retenu tout ce qu'on ma dit; tantôt l'ange prend la figure d'un homme pour me parler et je retiens ce qu'il a dit"

" Une révélation descendit sur lui, alors qu'il faisait très froid; et lorsqu'elle eut cessé, son front était baigné de sueur " (hadith rapporté par 'Â'icha).


La pensée musulmane en conclut que la révélation prophétique est à l'ordinaire une "parole accablante" (73.5), à laquelle le prophète ne peut se soustraire.


Ibn Khaldoun distingue sur la foi de ces deux hadith:

1) le mode "semblable à un bourdonnement de cloche". C'est le mode propre au prophète qui n'est que prophète.

2) Le second, moins douloureux et plus élevé, par l'intermédiaire d'un ange prenant figure d'homme, est réservé à l'Envoyé ou à l'Apôtre. Moins douloureux, il n'en reste pas moins accablant.


Nature de la Révélation


C'est la reproduction mot pour mot d'une parole divine entendue, "dictée surnaturelle" dit Louis Massignon. La tâche qui revient au prophète est alors seulement de transmettre le message (tablîgh), de réciter mot pour mot ce qu'il a entendu. L'islam ne distingue pas entre prophétie et inspiration.


L'investiture divine du Prophète

 

La mission de Mohammed


Mohammed est le prophète et l'envoyé de l'islam (non seulement au sens technique, mais aussi sens étymologique d' "abandon total de soi-même à Dieu"), et l'islam est la religion universelle définitive ("La société islamique est la civilisation terminale de l'humanité" dira au 20ème s. Sayyid Qutb).


C'est le Coran lui-même qui est preuve de la mission de Mohammed.  Le Coran est le miracle prophétique par excellence, attestant l'authenticité de la mission de Mohammed.

 

Mohammed présente routes les caractéristiques d'un envoyé:

1) Il s'est proclamé Envoyé

2) Il a accompagné sa proclamation d'un défi, donnant à ses négateurs comme preuve de sa mission l'inimitabilité du Coran (Coran 2.23-24, 10.38, 17.88, 52.33-34).

3) Aucune créature, ni homme ni djinn , même en unissant leurs forces, ne peut rien composer de semblable.


La Sunna parle d'autres miracles à l'égard desquels les théologiens ont souvent été réticents, mais qu'ils n'ont pas entièrement exclu:

* la lune fendue en deux

* le salut que les pierres et les arbres de La Mecque adressaient au Prophète

* la louange divine formulée par de petits cailloux que Mohammed avait pris dans sa main

* la guérison de l'oeil blessé de Qatâda à la bataille d'Uhud

* la source jaillie d'entre les doits du Prophète

* la multiplication des aliments

 

Suite