Rabî'a al-'Adawiyya (morte en 801)

 

 

Mourut à Basra en 801, à l'âge de 81 ans.


Elle introduisit dans la mystique la notion de hubb (amour au sens très fort du terme, Coran 5.54), amour réciproque entre Dieu et l'homme.


C'était une esclave affranchie. 


L'amour de Rabî'a pour Dieu était un amour absolu. Il n'y avait pas de place en elle pour un autre amour. Aussi ne se maria-t-elle pas et ne donna pas au Prophète une place spéciale dans sa dévotion.

Elle fermait ses volets au printemps, sans contempler les fleurs, et préférait se perdre dans la contemplation de Celui qui avait créé les fleurs et les pétales.


D'où la parole de Rûmî:

" Le jardin et les fleurs sont à l'intérieur de nous, dans le coeur "


Elle prônait un amour absolu pour Dieu, sans voile aucun:

" Je m'en vais pour incendier le Paradis et noyer l'Enfer, en sorte que ces deux voiles disparaissent complètement devant les yeux des pélérins et que le but leur soit connu, et que les serviteurs de Dieu Le puissent voir "

(sur l'interprétation de cette parole voir ici ).

 

Pour plus de détails sur la vie et l'expérience spirituelle de Rabî'a al-'Adawiyya voir ici  .


Sources:


Annemarie SCHIMMEL, Dimensions mystiques de l’islam, Paris, 1997

G.C ANAWATI, L. GARDET, Mystique musulmane, aspects et tendances, expériences et techniques, Paris, 1976

L. MASSIGNON, La Passion de Hallâj, martyr mystique de l'islam, 4 vol., Gallimard, Paris, 1975

L. MASSIGNON, Opera Minora, 3 vol.

 

Suite