Djunayd (m. en 910)

 

Djunayd naquit à Nihawand en Iran et s'établit à Bagdad.

Comme Muhâsibî, Djunayd vit aussi dans le soufisme une voie de purification permanente de soi-même et de combat spirituel: " Nous n'avons pas appris le soufisme à partir de discours et de paroles, mais à partir de la faim, du renoncement au monde et aux choses auxquelles nous étions habituées et que nous trouvions agréables".

La vie mystique signifie pour lui l'effort permanent de retour à l'origine, de cette origine qui se trouve en Dieu, de telle sorte que le mystique atteigne finalement l'état " où il est comme il était, avant qu'il ne soit", c-à-d avant le moment du pacte primordial, où Dieu était seul et où la création n'existait pas encore. Ainsi seulement l'homme peut témoigner que Dieu est un d'éternité en éternité.


Sources:

Annemarie SCHIMMEL, Dimensions mystiques de l’islam, Paris, 1997

G.C ANAWATI, L. GARDET, Mystique musulmane, aspects et tendances, expériences et techniques, Paris, 1976

L. MASSIGNON, La Passion de Hallâj, martyr mystique de l'islam, 4 vol., Gallimard, Paris, 1975

L. MASSIGNON, Opera Minora, 3 vol.

 

Suite